Notre histoire

Du Panier du 12ème aux 4OOCOOP


Au tout début, il y a en 2015 le film « Demain » de Mélanie Laurent et Cyril Dion. Une bouffée d’air, une inspiration. Dans la tête de quelques un.es, émerge alors l’idée de faire sa part de Colibri (légende amérindienne popularisée en France par Pierre Rabhi et le mouvement Colibris), de sortir de la passivité ou la contestation pour prendre ses responsabilités individuelle et collective et proposer, expérimenter collectivement quelque chose de souhaitable, de désirable.
Pour transformer cette envie en action concrète, ce sera sur le modèle de supermarché coopératif proposé par La Louve qui semble réconcilier le citoyen, le producteur et le consommateur qui sont dans chacun de nous.
De mars à juin 2016, une quinzaine de personnes se réunit régulièrement pour bâtir un projet politique, économique, biologique, avec comme fil conducteur que les moyens à mettre en œuvre sont aussi importants, voire plus que l’objectif à atteindre.
A émergé dans le groupe l’importance de définir des valeurs, sont retenus « la confiance a priori, le respect mutuel, la bienveillance ». L’idée de l’autogestion s’impose avec la responsabilisation de chacun-e et un statut identique pour tous (pas de patron, pas de salarié).
Des principes d’organisation sont mis en place et notamment le principe de parité dans toutes des instances de coordination, des mandats courts (un an renouvelable une seule fois, la désignation par tirage au sort de la moitié des membres de ces instances). Ces idées avaient pour objectif de traiter la question du Pouvoir, qu’il soit exercé par le plus grand nombre pour de courtes périodes.
Après quelques semaines de recrutement sur ces bases, tractage dans la rue, site internet, une AG constituante est proposée en juin 2016. Une cinquantaine de participant-es se présentent. Le projet de statuts est adopté, les 1ers représentant-es, élu-es et tiré-es au sort sont installés.
L’association « Les Ami-e-s du Panier du 12e », est vivante.
A l’automne 2017, le nombre d’adhérent-es à l’association augmentant et le projet se précisant, nous créons « Le Panier du 12e », une SAS (Société par Actions Simplifiées) à capital variable et aux statuts coopératifs (assurant le principe une personne = une voix). On ne parle désormais plus d’adhérent.e.s mais de coopératrices et de coopérateurs : la naissance de la SAS est actée par la signature des statuts par 15 coopératrice.teurs. 
Après plusieurs tentatives pour trouver un local dans le 12e arrondissement de Paris, c’est finalement dans le 11e que le projet atterrit, soutenu par une mairie plus accueillante : on nous propose un local de 170m² au 65 boulevard de Charonne.
Lors de l’AG de mars 2018, après un long processus de remue-méninges, la SAS prend le nom « Les 400 Coop » et l’association celui de « Les Ami-e-s des 400 Coop ».

Un Local ça change tout…

En août 2018, nous sommes officiellement locataires du local, mais d’importants travaux sont à réaliser avant l’ouverture. Nous décidons de nous passer des banques, grâce à quelques subventions, aux parts achetées par tou.te.s,  à l’abondement de Comptes de Courses Prépayées, un système très pratique (d’avance sur « consommation ») toujours d’actualité.
Nous installer nous occupera tout le reste de l’année 2018. Presque 3 ans auront été nécessaire pour arriver à l’ouverture officielle du magasin , le 1er février 2019.
Tous les produits ne sont alors pas encore disponibles à la vente, chacun.ne fait de son mieux, les créneaux de 3h ne sont pas encore mis en place, des procédures sont encore à inventer… Mais nous ouvrons, et nous apprenons « en marchant » : nous apprenons des autres, nous apprenons de nos erreurs !
Octobre 2019. Le magasin est à l’équilibre financier.
Février 2020 nous sommes plus de 720 coop’s, cette fois, c’est bien parti !
3h par mois, mais bien plus pour un noyau dur d’environ une cinquantaine de coop’s, 5 commandes de fruits & légumes par semaine, des réunions presque tous les jours.
7 groupes de travail (appro, finance, communication, solidarité, exploitation, informatique, réglementation), ça carbure grave !!
L’autogestion en marche !  Cest pas simple mais c’est vraiment enrichissant. 
Bien des questions restent ouvertes, installation d’une clim ? salarié ? quels produits comme soutien aux petits budgets?
Entre ceux qui découvre l’autogestion avec bonheur et les vieux routiers du participatif, les discussions vont bon train. Pour être honnête, il reste encore un long chemin à faire pour transformer les consommateur.trice habitué.e.s à compter sur des instances représentatives en de véritables actrice.teur.s tirant ensemble parti de l’autonomie de chacun.e.s.
Bref c’est vivant ; prendre ou reprendre sa vie en main ; confronter ses idéaux au réel crée des étincelles qui après avoir allumé de joyeux feux se retrouvent à briller dans les yeux de chacun.e.s.

En avant ! toujours

 

 

Il y a presque 3 ans….
la légende des 4OOCOOP