La coopérative

Comment ça marche ?

Les coopérateurs.trices font leurs courses dans un supermarché dont ils sont propriétaires, dans lequel ils/elles travaillent régulièrement, et qui fonctionne selon des règles décidées collectivement.

« Les coopérateurs.trices font leurs courses dans un supermarché…
Vous pouvez faire l’intégralité de vos courses “du quotidien” dans ce supermarché : produits alimentaires, frais ou secs, mais aussi produits d’hygiène et d’entretien. En tant que coopérateur.trice, vous avez la possibilité de participer au choix des produits qui garniront les rayons du supermarché : on prend collectivement le pouvoir sur la politique d’achat et d’approvisionnement !

…dont ils sont propriétaires…
Pour devenir coopérateur.trice, vous investissez dans des parts sociales du supermarché (100€, une fois pour toute la vie, au moment de la souscription) Pour que l’aspect financier ne soit pas un frein à l’engagement du plus grand nombre, des exceptions quant à la souscription des parts sociales sont prévues (10€ à la place de 100€ pour les étudiants boursiers et les allocataires des minima sociaux…)

…dans lequel ils/elles travaillent régulièrement (3h toutes les 4 semaines)…
Parce que nous souhaitons que le fonctionnement du supermarché ne repose pas (ou peu, ou pas encore) sur des personnes salariés, il nécessite l’engagement des coopérateurs.trices pour « le faire tourner » : tenir la caisse, commander les produits, les réceptionner, les mettre en rayon… Il y a tant à faire !
Ainsi vous vous engagez sur un créneau (par ex. 16h-19h le mardi de la semaine B), lors duquel vous avez à réaliser en équipe les tâches nécessaires au bon fonctionnement du lieu.
Sur la nature des tâches, nous nous organisons intelligemment pour prendre en compte les contraintes et difficultés de chacun (port de choses lourdes, posture debout, etc.) : nous trouverons toujours quelque chose à vous faire faire, votre seule présence et contribution à la convivialité du lieu est déjà précieuse !

…et qui fonctionne selon des règles décidées collectivement  » 
En tant que propriétaire du supermarché, vous avez désormais votre mot à dire sur la manière dont il fonctionne, à travers les différentes instances mises en place.
Nos statuts coopératifs assurent le principe « Une personne = Une voix »


Retrouvez le manuel des membres (en pdf ) derrière ce lien 

(ou a la fin de cette page)


Nos valeurs

Trouver et  mettre en place des solutions pour que la majorité de nos concitoyens puissent se nourrir avec des produits sains aux meilleurs prix.
Favoriser les produits issus d’une démarche respectueuse de l’humain et de l’environnement, en donnant la priorité à des produits durables issus d’échanges équitables, (nous ne voulons plus de l’industrie agroalimentaire qui ne se désintéresse de notre santé)  et fournir une alimentation saine,  respectueuses des conditions économiques des producteurs.
Nous voulons donner la priorité aux producteurs locaux, aux circuits courts, aux produits cultivés de manière écologique, aux produits de saison, à la lutte contre le gaspillage et à la réduction des emballages via la promotion du vrac
Nous retenons la participation de tous les coopérateurs à la gestion et à l’organisation du supermarché. Les coopérateurs.trices décident ensemble des orientations de la coopérative, par le biais des groupes de travail, sondages réguliers, recueils de suggestions, de l’assemblée générale, etc.). Il s’agit d’un modèle où chaque membre occupe une place égale. Pour la bonne marche, l’engagement actif de chacun (en fonction de ses compétences et/ou de ses souhaits) est une obligation.

Votre mission si vous l’acceptez….

  • Permettre un accès à une alimentation saine et durable
  • Encourager une économie de proximité  avec des producteurs locaux
  • Créer un espace convivial permettant de renforcer la cohésion sociale
  • Des prix justes : un prix le plus accessible possible pour les coopérateurs.trices, tout en rémunérant correctement le travail du producteur
  • Proposer une politique de transparence de l’information sur les produits et sur le fonctionnement du supermarché et des nouvelles formes de consommation
  • Lutter contre le gaspillage alimentaire et le suremballage par la promotion de la vente en vrac
  • Promouvoir le modèle coopératif et l’innovation sociale via la diffusion en open source (libre de droits) des outils et des connaissances développés.
  • Qualités gustatives et nutritionnelles des produits proposés

Solidarité

Les 400 COOP  travaille à rendre accessible l’alimentation durable au plus grand nombre. Par le biais de l’alimentation, 400 COOP sera un lieu de vie et d’échange qui permettra de promouvoir la mixité et l’entraide et de renforcer le tissu social de notre ville. Les 400 COOP favorise également la mise en place de partenariats étroits et solidaires avec ses producteurs associés.

Participation et partage

Les adhérent(e)s participent à l’ensemble des tâches nécessaires au bon fonctionnement de l’association, ils partagent leurs compétences et connaissances au service du projet collectif.

Responsabilité et convivialité

La vie de l’association implique la responsabilité de chacun(e) tout en maintenant un esprit convivial.

Égalité et horizontalité

Chaque adhérent(e) dispose d’une voix lors des votes en assemblée et peut s’investir dans le projet à hauteur de ses envies et des disponibilités.

Confiance et transparence

La transparence sur toutes les activités et la confiance mutuelle sont posées en principes fondateurs.

Respect

De chacun et chacune, tout simplement.

 

Notre histoire

La Coopérative, Les 400 Coop est née au printemps 2016, notamment après avoir vu, quelques mois auparavant, le film de Mélanie Laurent et Cyril Dion « Demain » nous disant finalement, nous pouvons changer le monde, d’autres sur cette belle planète le font, c’est à nous citoyen.ne.s  de relever nos manches, nous rassembler là où nous sommes et bâtir ce que nous estimons juste.

Le 1er rassemblement a eu lieu, un samedi matin, dans l’arrière-cour de la Maison des Associations du 12ème. Là, Robert rencontre Emmanuelle, Philippe, Sébastien, Nathan…, ils sont rejoints par Yanick, Danielle, Maggy, Sophie… le projet prend forme, l’enthousiasme est là. 4 mois plus tard, une association est créée au cours d’une AG avec une bonne cinquantaine de participant.e.s.. A l’automne suivant, 2017, la Coopérative naît, 15 actionnaires-coopérateurs/trices signent chaque page des Statuts.

————————————————————————–

A sa naissance, la coopérative prend le nom du « Le Panier du 12 », (voir vidéo ci-dessous)
puis évolue lors l’AG de mars 2018 en « Les 400 Coop ».

————————————————————————–

 

Les Précurseurs : Park Slope Food Coop, New-York, 1973

Nous n’avons absolument rien inventé : bien au contraire, nous nous inspirons de ce qu’il se fait ailleurs pour ouvrir notre propre supermarché coopératif et solidaire !

L’inspiration initiale vient de l’autre côté de l’Atlantique, d’une initiative née voilà plus de 40 ans maintenant : la Park Slope Food Coop de New-York. Cette « plus belle expérience sociale des Etats-Unis, très mauvaise nouvelle pour la grande distribution » a même eu droit à un film qui lui est entièrement dédié. Réalisé par un américain vivant en France, Tom Boothe, ce dernier a tout simplement décidé de reproduire l’expérience chez lui, à Paris : c’est La Louve

Depuis, La Louve inspire au moins une trentaine de projets, les « initiatives sœurs », à travers toute la France, ainsi qu’en Belgique, en Suisse et sûrement ailleurs encore. A des niveaux d’avancement différents, tous ces projets se retrouvent une à deux fois par an lors de « l’intercoop » pour un temps d’échange et de partage d’expériences et de bonnes pratiques : précieux, bienveillant et stimulant !

Un site internet est d’ailleurs dédié à ce mouvement des supermarchés coopératifs, n’hésitez pas à aller y faire un tour !

 

L’exemple de La Louve et des autres,

Après un parcours inédit, les Amis de La Louve ouvrent en 2016 les portes
du premier Super Marché Coopératif de l’Hexagone !

PARIS
WWW.LALOUVE.NET
Découvrir en vidéo
BRUXELLES
www.bees-coop.be
MONTPELLIER
www.lacagette-coop.fr
TOULOUSE
www.lachouettecoop.fr
NANTES
www.scopeli.fr
LYON
www.demainsupermarche.org
Partenaires - La Louve Partenaires - Bees Coop Partenaires - La Cagette Partenaires - La Chouette Coop (nouveau) Partenaires - Demain

LILLE
www.superquinquin.fr

BAYONNE – BIARRITZ
www.otsokop.com

GRENOBLE
https://lelefan.org/

CRÉTEL
http://coopcot.fr/

SAINT GERMAIN EN LAYE
http://poplacoop.fr/
Partenaires - Superquinquin Partenaires - Supercoop Partenaires - Otsokop (nouveau)

 

et aussi : Créteil, Marseille (Super Cafoutch’), Nancy, Metz, Sète, Courbevoie, Besançon, La Réunion, Orléans, Liège (Belgique), Valencia (Espagne), Oslo (Norvège), Sion et Genève (Suisse).


Le projet vous intéresse, vous souhaitez devenir coopérateur ?
>> Rendez-vous ici <<

-Manuel des membres-

Approuvé lors de l’AG de mars 2018

Introduction

Ce document est une synthèse qui s’adresse aux membres qui sont coopérateurs-trices
souscripteurs de parts A. Il présente les grandes lignes de l’organisation du travail au sein de
la coopérative « les 400 Coop ». Il est inspiré des travaux réalisés par les autres coopératives
et notamment ceux de la Park Slope Food Coop (New York), de la Bees Coop (Bruxelles) et
l’Elefan (Grenobles).

Le fonctionnement de la coopérative « Les 400 Coop » repose sur :

 le principe de l’Autogestion, la confiance a priori, la bienveillance et la convivialité ;
 une base de 3h travaillées toutes les 4 semaines, pour chaque coopérateur.trice.
Ces règles se veulent à la fois suffisamment strictes pour assurer la présence régulière des
équipes de coopérateur.trices et suffisamment souples pour prendre en compte les aléas de
la vie.

Accès à la coopérette

Chaque membre possède un badge à son nom, comportant sa photo. Ce badge est
nécessaire pour accéder au magasin. En cas de perte du badge ou de modification des
titulaires, sa re-fabrication sera facturée.

Créneaux de travail

Chaque coopérateur.trice s’engage à assurer une vacation sur un créneau d’une durée de 3h
toutes les 4 semaines, soit 13 vacations par an.

Semaines ABCD

L’agenda est découpé en cycles de 4 semaines. Chacune des quatre semaines d’un cycle de
créneaux est désignée par une lettre : semaine A, semaine B, semaine C, semaine D.
Les semaines commencent le lundi et se terminent le dimanche : la semaine A débute le 1er
janvier 2018, la semaine B le 8 janvier, la semaine C le 15 janvier, la semaine D le 22 janvier,
etc. Ainsi, le 30 avril sera un lundi de semaine B.

Tâches

Chaque créneau est assuré par une équipe de travail sur le principe de l’autogestion.
L’équipe s’acquitte, des tâches habituelles du créneau, et notamment :
 ouverture,
 accueil des nouveaux membres, courrier
 réception des marchandises,
 préparation, emballage,
 mise en rayon/réassort,
 gestion de la caisse,
 nettoyage, ménage
 suivis du stock et fournisseurs
 tache administrative, planning, comptabilité,
 fermeture.

Coordination des créneaux

Chaque équipe désigne un.e coordinateur.trice, volontaire, qui peut changer au fil du temps:
il s’engage à venir 15 minutes en avance pour assurer la transmission d’information avec
l’équipe du créneau précédent.

Régimes de travail

La coopérative « Les 400 Coop » possède deux régimes de travail distincts (régulier et
volant) et un régime de dispense de travail. Chaque régime a un mode de fonctionnement
distinct et confère des droits et des devoirs différents. L’inscription au régime est exclusive.
Par défaut, un membre s’inscrit au régime de type « régulier » Si son emploi du temps ne le
permet pas, il s’inscrira au régime de type « volant ».

Régime « Régulier »

Le coopérateur-trice « régulier » assure un créneau à jour et heure fixes toutes les quatre
semaines. Exemple : je travaille tous les lundis de la semaine B de 16h00 à 19h00.
Un échange ponctuel est possible : il revient au coopérateur-trice de trouver un-e
remplaçant-e.

Régime « Volant »

Le/la coopérateur-trice « volant » :
 assure 13 créneaux par an comme le/la coopérateur-trice « régulier »,
 peut faire des créneaux en avance,
 se voit proposer les créneaux qui sont les moins pourvus,
 doit être à jour de ces créneaux pour accéder au magasin.

Dispense de travail

Le/la coopérateur-trice être dispensé.e de travail (sur justificatif) pour une période donnée
pour les cas de congé de parentalité, maladie, évènement familial, incapacité physique.

Mécanisme de rattrapage

En cas d’absence à un créneau, un système de rattrapage est prévu. Si un.e coopérateurtrice
ne peut effectuer son créneau, il/elle doit le rattraper doublement en effectuant deux
créneaux avant son prochain créneau de travail prévu.

Approuvé lors de l’AG de mars 2018

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer