Au croisement de la food et du solidaire, voici venu le garde-manger solidaire !
Tour d’horizon de l’essentiel à savoir pour l’alimenter.

A l’entrée du magasin, près des caisses, un nouveau meuble-étagère a fait son apparition. C’est la concrétisation d’un partenariat voté à l’AG de 2018 entre les 400 COOP et HopHopFood, une association reconnue d’intérêt général, membre personne morale de notre coopérative. Elle concrétise ainsi la devise « Les 400 COOP : supermarché coopératif et solidaire ».

Pour quoi faire ?

« D’un côté la précarité alimentaire touche de plus en plus de personnes (20 % en France, 7 % à Paris) ; de l’autre le gaspillage alimentaire des particuliers explose, notamment à Paris (record national avec 67kg/Parisien/an) » explique Jean-Claude, un des trois cofondateurs de cette association et membre coopérateur des 400 COOP. Partant de ce constat, la petite équipe, rejointe par d’autres bénévoles et quelques partenaires, a imaginé comment favoriser les échanges entre ceux et celles qui veulent éviter de gaspiller ou veulent être solidaires et ceux et celles qui voudraient mieux se nourrir.

Après le lancement d’une plateforme digitale destinée à favoriser le don alimentaire entre particuliers, HopHopFood construit peu à peu un réseau de garde-mangers implantés dans plusieurs villes : 11 aujourd’hui, 40 demain… Et depuis la rentrée 2018, l’application gratuite a été téléchargée par 30 000 utilisateurs et permet le don de 100 à 300 produits par jour dans toute la France. 28 000 produits, essentiellement alimentaires, ont déjà été donnés et collectés grâce à l’application.

C’est pour qui ? 

Présents dans des magasins et des lieux de solidarité, ces garde-mangers solidaires d’HopHopFood permettent les échanges à travers un lieu neutre. Via l’application ou pas, les donateurs peuvent y déposer des produits et les personnes en précarité peuvent venir librement se servir aux horaires d’ouverture à la vente du magasin… un sourire, un mot de bienvenu, c’est facile pour celles et ceux qui tiennent les créneaux ou font leurs courses.

A Paris, 185 000 personnes en précarité alimentaire disposent de moins de 2,50 € par jour pour se nourrir.

Qui donne ?

Achats en trop, départs en vacances, dons… « créer le réflexe », c’est le pari des créateurs ! Coopérateurs et coopératrices, habitants et habitantes du quartier (donc à faire savoir) sont invités à déposer différents produits dans le meuble, aux horaires de présence dans le magasin. Pour que celui-ci reste bien tenu, des bénévoles « anges gardiens » passeront régulièrement.

Ce que je donne

  • Fruits, légumes, produits secs, pain, œufs

  • Conserves, gâteaux… toute la gamme des denrées alimentaires non périssables, même si la DLUO (date limite d’utilisation optimale) est dépassée 

  • Produits d’hygiène

  • Produits ménagers

Ce que je ne donne pas

  • Produits périmés

  • Produits entamés

  • Produits non emballés

  • Produits à conserver au frais

  • Produits « faits maison »

  • Produits dont la DLC (date limite de consommation) est dépassée

Fabriqué avec des palettes recyclées traitées pour accueillir des denrées alimentaires, le garde-manger a deux fonctions :

  1. Côté étagères à porte : c’est là que peuvent être déposés les produits de ceux et celles qui se sont mis d’accord sur un don via l’appli ;

  2. Côté étagères sans porte : c’est pour tous les autres dons.

En savoir plus sur le site de HopHopFood

  • Télécharger l’appli de dons

  • Savoir où sont les autres garde-mangers

  • Devenir bénévole, notamment pour être « ange gardien » du garde-manger des 400 COOP ou d’un autre près de son lieu d’habitation ou de travail

  • Savoir qui sont les partenaires d’HopHopFood

Comments are closed.